Español | Italiano | Francais | English Fichier Multimédia Glossaire Précédent 2 de 2 Suivant



Funérailles

Le 27 septembre 1910, après son décès, Jorge Chávez, le vainqueur des Alpes, le premier homme à les traverser sur une machine volante plus pesante que l’air, fut veillé dans la chambre même de l’Hôpital de San Biaggio, où fut dressée la chapelle ardente. Les habitantes de Domodossola lui rendirent visite pour lui faire leurs derniers adieux et pour rendre un hommage posthume au remarquable et si apprécié aviateur. Le défilé de visiteurs continua pendant tout le mercredi 28 septembre.

Le lendemain, jeudi 29 septembre, le cercueil fut porté de l’Hôpital de San Biaggio à l’Église collégiale de Domodossola, pour la célébration des funérailles solennelles. Une multitude accompagna le cortège, la plupart habillés de noir, tandis que les cloches de l’église sonnaient. Les manifestations de douleur étaient notables chez les nombreux assistants qui attendaient la sortie du cercueil, couvert d’edelweiss qui poussent sur les hauteurs des Alpes et qui furent apportées spécialement pour être déposées sur le cercueil.

Pendant le déplacement du cortège funèbre, furent jetés des pétales de différentes fleurs et le public agitait de nombreux drapeaux péruviens et italiens. Derrière le cercueil de Chávez, venaient sa tante et son frère Juan en deuil, ainsi que des autorités, des aviateurs et des amis. Quand le cercueil fut à l’intérieur de l’Église collégiale de Domodossola, le Révérend italien Pietro Tettoni prononça une émouvante oraison funèbre. Une fois fini le service religieux, la dépouille de Chávez fut transportée à la gare et mise dans un wagon à destination de Paris.

exequiasÁ Paris, le samedi 1er octobre 1910, les funérailles de Jorge Chávez eurent lieu à l’église de Saint François, avec l’assistance de personnalités et d’autorités civiles, militaires, diplomatiques et religieuses distinguées, ainsi que d’un public nombreux. À cette cérémonie assista l’ancien Président du Pérou, Monsieur José Pardo y Barreda, en compagnie de tous les membres de notre représentation diplomatique et consulaire. La France fut représentée par trois aides de camp de trois Ministres d’État.

De l’église de Saint François, le cortège funèbre partit avec le corps de Jorge Chávez vers le cimetière du Père-Lachaise, à Paris, où il serait déposé au mausolée de la famille Chávez, à côté des dépouilles de ses parents. Les discours nécrologiques furent à la charge du Secrétaire de la Légation du Pérou, Monsieur Francisco García Calderón, et de Monsieur Léon Barthou, en représentation de l’Aéroclub de France. La dépouille de l’aviateur péruvien Jorge Chávez Dartnell resta dans le mausolée de la famille, au cimetière du Père-Lachaise jusqu’à son rapatriement au Pérou en 1957, quarante-sept ans plus tard.

La presse du monde entier publia en gros titres la perte d’un notable pionnier de l’aviation mondiale, en soulignant également la valeur qu’il montra pour vaincre les Alpes dans un exploit que l’homme effectuait pour la première fois aux commandes d’une machine volante plus pesante que l’air.

Le Pérou fut très éprouvé à l’occasion de la perte du jeune aviateur qui fit honneur à sa patrie en gagnant les lauriers pour son exploit : traverser, sur un fragile monoplan, les grandes élévations des Alpes, affrontant leurs dangereux ravins rocheux et des tourbillons de vent.

Les Chambres du Congrès de la République péruvienne rendirent hommage au héros des Alpes en réalisant d’émotives manifestations de chagrin et de deuil. Dans les églises de Lima eurent lieu des services funèbres à la mémoire de Jorge Chávez Dartnell.

En transcrivant et en développant les informations télégraphiques qu´ils recevaient, les journaux du pays rendirent compte de l’exploit de Chávez, de l’accident dont il fut victime, de ses blessures, de son agonie et, finalement, de sa mort.

Texte de l'oraison funèbre et les discours nécrologiques (en espagnol)

Fichier Multimédia: Agonie et mort

   
  Précédent 2 de 2 Suivant